Friday, 31 January 2014

Want sustainability? Let's start buy leaving the EU

This is a longer version of an article I wrote for The Ecologist. It provides some additional peripheral information supporting my arguments.

Our economic activities are destroying the environment, putting us at risk. We need a radical change of economic paradigm to prepare for upcoming challenges and to achieve genuine sustainability. But the E.U., neoliberal by construction, is locking the Member States into an ideological status quo. For any institutional change to occur, the E.U. treaties need to be changed, meaning that the 28 Member States need to agree unanimously and simultaneously on the new terms. The most straightforward way to reform our economies is therefore to leave the E.U. Awareness of this possibility is rising, and movements beyond the classical left-right spectrum are developing and joining forces throughout Member States to push for an exit from this undemocratic, regressive and ideologically blocking political construction. But in Britain today, the debate lies almost exclusively towards the far right. Progressive movements such as ecological ones have to develop and push for U.K. independence for their own reasons.

A change of paradigm to reach sustainability

I am a supporter of political ecology. I consider that human economic activities are damaging the environment so badly that world peace and our civilisation are at risk, and that something has to be done about it. Indeed many warning lights are on: global warming, the depletion of non-renewable resources, in particular oil, antimicrobial resistance, crashing fish stocks and more generally biodiversity… For our own sake, a reorganisation of our economies is needed to halt and adapt to irreversible damage such as climate change and to deal with the growing scarcity of currently crucial resources such as fossil fuels. A controlled shift to a sustainable economic regime, i.e. a model that can be sustained through time, is needed, rather than an uncontrolled global decline, if not collapse, forced by events. However, while immense changes are needed for this controlled shift, very little is changing at the national or international level. Fossil fuels are still largely subsidised, highways and coal plants are built and international conferences on climate change, now sponsored by the most polluting companies, fail to reach strong (or even weak) agreements and continue to postpone binding targets. People are still incentivised towards more consumption, and companies towards more growth and profit, while governments of even the most economically developed countries are still as obsessed with GDP growth as ever.

The required drastic reduction in the environmental impact of our activities implies a strong reduction in the global consumption of natural resources. Soberer modes of consumption, a shift away from fossil fuels, a scaling down of distribution networks (i.e. de-globalisation) and a reduction or stabilisation of world population will be necessary. Needless to say, these changes will not be brought about by the magic hand of the free market. The ideological framework of neo-liberalism and globalised free markets as we know it is not compatible with the setting up of a truly sustainable economy. The goal is always towards more growth and therefore more environmental impact and pollution. Strong regulations are necessary to reduce the consumption of natural resources, which will necessitate a reorganisation of the economy towards more circularity (reuse, recycling), as well as a decrease of production and consumption. For this to happen, we need a new ideological paradigm underlying the organisation and goals of our societies.

The E.U.: undemocratic, regressive and ideologically locked by law

The E.U. enjoys a progressive image in most European countries, including Britain. This may be a consequence of the claimed purpose of the construction of the E.U.: a political project for peace intended to prevent the barbarity of the early twentieth century wars from recurring. Some positive societal and environmental projects and legislation such as the popular Erasmus student exchange programme or the REACH regulation that limits the manufacturing and use of dangerous chemicals contributes to this progressive image. It is however essential to bear in mind that the construction of the E.U. has never prioritised social and environmental welfare. Emphasis is instead put on productivism and liberalisation of the economy, regardless of the interests of E.U. citizens, who have very little – if any – control over the policies, new treaties or new enlargements that the E.U. pursues. In fact, productivism and globalisation are ideologies that are in the DNA of the E.U. construction as they are enshrined into the E.U. treaties, i.e. the Treaty on European Union (TEU) and the Treaty on the Functioning of the European Union (TFEU). For instance, aspects of globalisation are enshrined through Articles 32 and 63 of the TFEU. These articles prevent Member States from applying protectionist policies to protect their workers from delocalisation to third countries where social and environmental requirements are lower and therefore production costs are cheaper. These articles therefore also promote large distances between production and consumption locations. Article 39 on agriculture and fisheries does not state that the objectives of the common agricultural policy are to produce food while limiting the damage to the environment or ensuring the high quality of the products. Instead, the first goal stated is to “increase agricultural productivity” by “promoting technical progress” and the optimisation of the “factors of production, in particular labour.” This explains the logic of mechanisation and industrialisation in the agricultural sector over the years.

Some may object that a stronger Union is needed for the E.U. to be able to apply more progressive policies. However, the successive treaties are like Russian dolls, where each new treaty is built upon the preceding one, thus preserving the original ideology of free trade and markets. There is no indication today that this underlying ideology will be ever questioned in a future treaty. On the contrary, the new Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) between the U.S. and the E.U., being prepared for us in total secrecy, is going to go even further in freeing the markets and giving leeway to multi-nationals, leading to fears about a downgrading of the social and environmental regulations that protect consumers, workers and the environment and about making the policy implications of environmental research entirely irrelevant. Maintaining the status quo thus means only going further in the same direction and applying the changes that multi-national companies and lobbies want (see also e.g. the conflicts of interest of the European Food Safety Authority panel members or the aggressive lobbying operated by pesticide firms to prevent the ban of neonicotinoids thought to be at the origin of pollinators collapse).

Others argue that a different Europe is possible. However, for a radical shift in policies to happen, all 28 Member States have to agree unanimously to change the treaties and then to agree unanimously on the new terms. Given that these treaties are a compromise reached after extremely ferocious negotiations and that nobody wants to renegotiate them, despite the crisis, there will be no other Europe. The E.U. is what it is and cannot be recreated: take it or leave it.

But is it technically possible to leave the E.U.? Article 50 of the Treaty on European Union states that “Any Member State may decide to withdraw from the Union in accordance with its own constitutional requirements.” This article defines the modalities of withdrawal. If after two years of negotiations, no agreement is reached between the withdrawing State and the European Council, the treaties simply cease to apply. A withdrawal is therefore not only possible, but legally allowed in the treaties.

The risk of deeper liberalism in an independent Britain

There is, however, the risk that leaving the E.U. will aggravate neo-liberalism inside the U.K., in particular given the fact that a “YES” answer to the potential referendum may be interpreted by the Tories as a green light in that direction. Indeed, since the advent of Thatcherism, the U.K. has been one of Europe’s champions of deregulation, whether Labour or Tories are in power. Still today, the U.K. is pushing the E.U. to keep its hands off the economy. Indeed, the U.K. lobbied the Commission and succeeded in aborting further control on fracking activities this last January. The U.K. also appeared to be responsible for the watering down of the revised Markets in Financial Instruments Directive (MiFID II”), whose aim is (or was) to regulate the financial system, for instance to limit speculation on food prices. There are therefore serious reasons to be concerned that a fully independent U.K. would apply even more economically liberal policies. While it is true that the E.U., until now, has acted as a restraining force in front of British right-wing anti-environmentalism and neo-liberalism, it should also be noted that recent lobbying operated by the U.K. has been fairly successful. Indeed, the trend that the E.U. is taking does not leave room for much optimism (see also its disappointing CO2 targets, its progressive authorisation of GM usage). In any case, there is not the slightest sign that the E.U. regards the environmental crises to come as sufficiently serious to necessitate any radical paradigmatic change.

 “It’s a right-wing thing”

One difficulty in many European countries, including Britain, is that the idea of withdrawing from the E.U. is associated with exacerbated nationalistic or xenophobic ideologies. Indeed, the strong desire to leave the E.U. essentially resides on the far right-hand side of the political spectrum: the vocal U.K. Independence Party (UKIP) is also, for instance, in favour of pausing immigration and against gay marriage. These ideas are shared by the British National Party, which in addition plainly denounces the “Islamic colonisation of Britain.” Not to mention that both of these parties are sceptical about climate change. In particular, UKIP does “not regard CO2 as a pollutant” and criticizes the E.U. for distorting the energy market (through the Emission Trading Scheme and subsidies and feed-in tariffs for renewables) and for preventing the U.K. from restoring its coal industry. In most people’s mind, overtly wanting to leave the E.U. is to be on the far right and not to be environmentally sound. Similarly, being conservative can be associated with the manifestation of some kind of moderate E.U. – as well as climate change – scepticism. Indeed, the Tories are planning to organise an E.U. withdrawal referendum if they are to be re-elected in the next general election. However, the desire to leave the E.U. should not be confused with conservative, islamophobic ideologies or climate change scepticism. These are in fact perfectly separable.

It should be noted for instance that the Communist Party of Britain has understood that it is indeed impossible to apply their programme in the framework of the E.U. In fact, given that their conception of how society and economy should be organised is radically different from the one imposed by the E.U., they reached the conclusion that the E.U. project should be rejected.

E.U. withdrawal should therefore merely be seen as a way for the people to regain control over the economic, social and environmental policies applied in their own countries, and to avoid being trapped inside the one-track ideology of an international oligarchy. As a consequence, the referendum should not be seen as a way to express one’s view about the party that proposes the vote, but merely as an opportunity to allow radically different society projects to happen.

A need for anti-E.U. progressive movements

In order to show to rulers that the desire to leave the E.U. is not necessarily a call for neoliberal, conservative or far right policies, progressive movements have to organise themselves to weigh into the debate. They should inform people about the regressive characteristics of the E.U. and the ideological prison that the E.U. treaties represent. They should apply pressure on moderate and left wing representatives to also call for a referendum if they get into power or, better, get organised themselves as a political party.

Such movements already exist in Europe. In France, for instance, the Union Populaire Républicaine (UPR, Popular Republican Union), although barred from access to the mainstream media, is becoming increasingly popular as it is growing exponentially and now counting 4,000 members. This political party intends to transcend the left-right divide by focusing on E.U. withdrawal. It manages to gather people from the far left to the far right and many others simply fed up with politics. Most importantly, it is a moderate movement calling for radical political changes. Most of its programme is indeed only applicable in an independent France, including the renationalisation of many companies, a total ban on GM foods and a favouring of local food production while guaranteeing self-sufficiency of the country. In Britain, an equivalent may be the cross-party organisation Campaign for an Independent Britain, which, as its name indicates, focuses solely on withdrawal from the E.U. On 1st December 2013 in Athens this organisation signed a joint communiqué with nine other European organisations (including the UPR) pursuing the same goal. The joint statement makes the same observations I detailed above: that the E.U. is an undemocratic and regressive regime and that the peoples of Europe have to choose between “the dictatorship of the markets or democracy and an economy based on the needs of the peoples.” People across the Union are therefore starting to realise the E.U. is a political construction that aggravates the loss of control over the decisions taken inside their own country.

The battle will be difficult. After decades of being told that the E.U. is the most beautiful political construction that has ever been built, it may be difficult for people to accept that it is anything but progressive, and that wanting to withdraw is not an extreme leftist or rightist stance. Nevertheless, such acceptance will be necessary if the people of Europe are to become masters of their own destiny.


Once free of the ideological framework imposed by the E.U. treaties, Nations will have to apply the policies needed to confront the upcoming challenges facing our civilisation. Leaving the E.U. is of course far from being sufficient: a controlled shift of the economy to environmental sustainability will require strong political will and great strides in popular education. We cannot be sure that leaving the E.U. will in itself result in a better response to the challenges of the 21st century, but what is almost certain is that without leaving the E.U., there is no hope of any ideological shift.

Thursday, 29 August 2013

L'écologie en bas de chez Iegor Gran


Couverture du livre L'écologie
en bas de chez moi
, de Iegor Gran
Pour mon anniversaire, une bonne amie m'a offert L'écologie en bas de chez moi d'Iegor Gran. Connaissant mon penchant écolo (je le dis pour ceux qui ne l'auraient pas encore remarqué), elle s'est dit que cela pourrait m'intéresser. Comme j'ai trouvé peu de critiques de ce livre sur Internet, je me suis dit que je pourrai y ajouter ma contribution.

Note : La pagination que je mentionne pour les citations est celle de l'édition Folio P.O.L., 2011

L'écologie en bas de chez moi est un petit livre très facile à lire, même dans le métro ou à la plage—moins d'une demi-journée suffit pour le lire de bout en bout—qui raconte l'histoire de l'auteur (suivant le genre de l'autofiction) agacé par la bien-pensance écologique et ses contradictions. Le livre commence avec Iegor découvrant une affiche invitant les habitants de son immeuble à voir le film Home de Yann Arthus-Bertrand. C'est le tilt qui le décide à écrire un billet dans libération, dénonçant le caractère opportuniste et propagandiste du film. Iegor est frustré. Tout le monde sauf lui (et son dentiste) est pris par le virus écologique, ce qu'il considère être un grand danger pour la pensée et la culture. Il se fâche avec son meilleur ami et commente le comportement des voisins, de la bibliothécaire, etc. Le tout assorti de notes de bas de pages volumineuses. Le livre est rigolo et se veut, je pense, volontairement choquant. Il fait sourire à plusieurs reprises, mais je considère que ce n'est pas un livre sérieux, tant l'auteur tient une position qu'il a lui-même du mal à tenir.

Si le livre se veut  « une expérience littéraire avant tout » comme explique l'auteur dans cet entretien, il n'en demeure pas moins une sorte d'argumentaire critiquant le mouvement écologique. Gran cite des auteurs, fournit ses propres analyses. En ce sens, c'est une sorte d'essai. Je pense donc qu'il est utile d'analyser la manière dont le livre critique le mouvement écologiste. Si l'auteur, grâce à ses talents littéraires, nous entraîne dans son mode de pensée, une analyse un peu plus poussée des méthodes d'argumentation et des arguments eux-mêmes, permet, je pense, de montrer que sa position n'est pas tenable.

Une critique de la forme de l'écologie


Il me semble que Iegor est plus énervé par ce qui représente l'écologie que l'écologie elle-même. La société embrasserait cette idéologie sans réfléchir, soit parce que c'est la mode, soit ça fait bien. Les opportunistes  s'y engouffrent donc, ce qui mène à de nombreux paradoxes. L'écologie constitue aussi une régression intellectuelle qui met la culture en danger. Gran se fait donc un malin plaisir à critiquer les bobos écolos et leur mode de vie contradictoire, les opération de greenwashing de certaines entreprises, et à relever les similitudes entre les habitudes des écolos et celle des chrétiens pratiquants. L'auteur, dans ce sens, fait un assez bon travail.

Cependant, Iegor esquive le fond du problème qui est l'impact écologique de l'homme sur son environnement et ses conséquences. Gran tape sur ce qu'il y a de plus facile à critiquer, c'est-à-dire tout ce qui est on pourrait dire secondaire (le caractère idéologique du mouvement écologique, l'effet de mode, l'opportunisme,  les articles de magasines féminins, les paradoxes des entreprises, etc.) et tourne en dérision—à tort—certaines des analyses sur l'environnement et les solutions proposées. C'est-à-dire que n'étant pas convaincu par le caractère urgent de la crise écologique, Gran s'agace de tout ce qui est « écolo » et s'en prend à ses représentants et sur la forme que prend le mouvement écologique, plutôt que de s'attaquer sérieusement au fond du problème. L'auteur lui-même joue surtout sur la forme. Il enchaîne les réflexions dignes de discussions de comptoir de café et tape de manière assez virulente et agressive sur tout ce qui bouge (ou sur tout ce qui a le malheur de croiser son chemin ou de traverser ses pensées) : le voisin « généraliste crétin » et son fils « dégénéré », le GIEC qui fait en somme la même chose que « les lycéens qui pompent leur compte-rendu sur Wikipédia », les groupes industriels, les politiques, les scientifiques, les polytechniciens, la bibliothécaire du Centre Pompidou, etc...

Gran « se la joue [donc] artiste » (p. 123) : il utilise plus la mise en dérision, la caricature et l'insulte afin d'éviter l'argumentation intelligente. Il dissémine ici et là quelques arguments pseudo-scientifiques bancals, quelques raccourcis et contres-vérités afin de semer le doute chez le lecteur non averti. Il n'hésite pas non plus à simplifier la position des écolos afin de mieux la critiquer (sophisme bien connu de l'épouvantail—soit dit en passant habituellement très efficace).

L'association marxisme-écologie et la dichotomie culture-écologie


Ainsi, il n'hésite pas à établir à plusieurs reprises un lien direct entre écologie et marxisme. L'écologie serait une manière de recycler « sinon le communisme, au moins un certaine forme d'utopie révolutionnaire » (p. 81). Peut-être est-ce une manière d'éloigner de l'écologie les lecteurs allergiques au communisme ? En y réfléchissant de plus près, que l'écologie appelle à réfléchir au système économique en place est quelque chose d'assez logique. Il est établi que l'impact écologique est lié en partie au niveau de développement économique (en ce qui concerne les émissions de CO2, voir par exemple cet article : Global and regional drivers of accelerating CO2 emissions, PNAS 2007). Notre système économique, même dans les pays développés, nécessitant une croissance permanente, nécessite donc une augmentation de la consommation et donc une plus grande utilisation des ressources naturelles et une augmentation de la pollution. Des écologistes considèrent donc que puisque c'est le système économique qui incite à toujours plus de croissance et donc de pollution, c'est le système économique qui est à changer. Ce lien que relève Iegor entre écologie et communisme et, qui, pour lui, est une source d'agacement de plus—et peut-être aussi une manière de détourner ses lecteurs les plus conservateurs du mouvement écolo—est finalement révélateur du fait qu'une partie des écolos sont loin d'être des moutons de panurge embrigadés par la propagande de Home et les slogans publicitaires infantilisants de Carrefour. Au contraire, cette position morale (voire politique) est parfois—et j'espère le plus souvent—le fruit d'un vrai questionnement sur le fonctionnement de notre monde moderne.

Phrase culte d'OSS117, qui nous rappelle un peu Gran : « Changer le monde ! Il est très bien
comme ça, le monde, pourquoi le changer ?? » 

Un autre point important du livre est que Gran oppose systématiquement écologie et culture. Etre écolo, c'est « s'asseoir sur sur ce qui fait l'intérêt d'être un sapiens [...]. Car le b.a.-ba de l'humanisme, c'est de voir en chaque être humain une richesse pour le monde et non un bouche à nourrir, un tube qui produit du CO2, un ver intestinal de la nature. » (p. 161). Il critique ainsi la vision binaire du film Home : « homme — mauvais, Terre — jolie. Homme — parasite, Terre — richesse. Terre — notre maman adorée, homme — blatte. » (p. 164) L'auteur aimerait bien que « les abonnés de National Geographic respectent notre culture au moins autant qu'ils admirent le cou de la girafe, la corne du rhinocéros et l'appareil reproducteur de la libellule » (p. 138). Ainsi, « la civilisation peut aller se rhabiller devant un éléphant gabonais galopant dans la brousse. » (p. 165). Naturellement, je ne partage pas cette vision binaire des choses, et je pense que peu de personnes, y compris des écologistes convaincus, la partagent aussi. On pourrait arguer que ce message binaire présent dans le film Home est nécessaire afin de faire un peu pencher la balance en faveur de la protection de l'environnement. Je doute fort que les spectateurs, après avoir vu le film, rejettent toute forme de civilisation. Peut-être se poseront-ils quelques questions sur l'impact de nos activités sur notre environnement, mais ils ne seront certainement pas prêts à jeter le bébé avec l'eau du bain. En ce sens, les inquiétudes de Gran sont infondées. Il me semble aussi que Gran mélange civilisation au sens large, culture, et activités économiques. Si l'on pense que notre civilisation est en train de détruire son environnement à un point tel qu'elle s'effondrera, il est légitime de la critiquer. (Je conseille d'ailleurs à tous, y compris Gran, de lire l'excellent livre de Jared Diamond Collapse (Effondrement, en Français), qui analyse les causes de l'effondrement (ou non) de plusieurs civilisations passées, pour essayer de comprendre la situation actuelle. Diamond est très très loin du manichéisme dénoncé par Gran.) Est-ce que la culture s'oppose automatiquement à la notion d'écologie ? Peut-être effectivement la culture qui nous fait surconsommer, qui nous fait acheter un Hummer plutôt que d'utiliser les transports en commun, qui nous fait aller passer un petit week-end à New-York plutôt qu'en province, qui nous fait acheter un nouvel iPhone à chaque fois qu'Apple sort une nouvelle version... Ce type de comportement reflète-t-il vraiment les valeurs culturelles qui font la richesse de notre civilisation ? Ne pourrait-on pas s'en passer sans la déclasser ? Si notre système économique, fondé sur la notion de croissance et de progrès, a eu énormément d'impacts positifs, nous arrivons dans les pays développés à un point où la croissance ne peut se faire qu'en surconsommant. Nous vivons tous (ou presque) déjà comme des rois (cf le concept d'esclaves énergétiques), mais il faut toujours plus de croissance. Ce comportement est excusable à partir du moment où l'on ne sait pas que l'on met notre propre existence en jeu. Mais nous avons dorénavant les connaissances qui nous permettent d'en être conscient. La surconsommation est synonyme de comportement frivole et non réfléchi, et non synonyme de culture ou civilisation.

L'écologie, une secte comme une autre

Affiche du film américain 2012
qui s'inspire de la croyance
(maintenant désuette !) selon laquelle
la fin du monde coïnciderait avec
la fin du calendrier Maya. "Nous étions
prévenus" nous dit l'affiche.
Pour Gran, « l'annonce de la fin du monde est une des caractéristiques de l'écolo-psychose et un fort symptôme de religiosité » (p. 32). Si, comme le dit Gran, « toute secte de ce nom à une Apocalypse à son arc » (p. 33), toute Apocalypse n'est pas portée par une secte (du programme de math sup', que Gran a pourtant suivi : p => q n'équivaut pas à q => p. Mais c'est vrai qu'il a presque tout oublié sauf les probas—nous y reviendrons !).

Gran considère que l'écologie est une religion ou une secte, avec ses croyances et ses rituel. En même temps, il minimise les conséquences d'un éventuel réchauffement (« on sera bien contents d'avoir un peu d'effet de serre sur la couche supérieure de l'épiderme, pour nous tenir chaud [pendant l'âge glaciaire] », p. 37) et a « confiance dans le génie de l'homme » (p. 87) et en son adaptabilité (« sa caractéristique première », p. 122) : « Noé s'est sauvé en utilisant les sciences de l'ingénieur » (p. 63) ; « On est parvenu à mettre un type sur la Lune et l'on n'arriverait pas à contourner le pétrole ? » (p. 86). Mais tout cela n'est fondé sur rien d'autre que les croyances de l'auteur : il n'est en rien « parvenu à débaucher la science pour soutenir ses thèses » (p. 89) puisque toute son argumentation se base sur des suppositions.

Sans paraître alarmiste, rien qu'entre l'épuisement des ressources minières, le changement climatique, l'acidification des océans, l'effondrement des stocks de poisson et la résistance croissante des bactéries, je ne pense pas être sectaire en disant que je suis au moins un peu inquiet pour les décennies à venir. Je suis de ceux qui pensent que l'humanité s'en sortira, mais à quel prix ? Mouvements massifs de population ? Instabilité sociale et politique ? Effondrement démographique ?... Nul ne peut prédire les conséquences des crises à venir, mais cela ne sera probablement pas joli à voir.

Mais pour Gran, l'annonce de crises à venir n'est pas dû à la constatation du virement au rouge de tous ces indicateurs, mais un des symptômes de la religiosité de l'écologie, qui rajoute une apocalypse à la liste de celles qui ont été prédites :
« Combien de fois nous l'a-t-on faite ?... hein ?... dites-le-moi... sans parler des sectes... depuis le livre d'Enoch... le livre de Daniel... depuis les visions de Jean... la grande peur de l'An Mil... Nostradamus... le bug de l'an 2000... Nous aurions dû disparaître... » (p. 36)
Donc Gran, d'un côté, considère que l'écologie, parce qu'elle croit en une « Apocalypse » (position pourtant fondée sur des observations scientifiques), est une religion. De l'autre, Gran a confiance dans le génie de l'homme pour nous sortir du pétrin lorsqu'il arrivera. Le pétrin est déjà arrivé plusieurs fois à diverses occasions. Ce n'est pas pour cela que les civilisations ont toutes survécues. Certes, les sciences et techniques nous donnent un avantage, mais aussi l'inconvénient de bousiller notre environnement à un niveau encore jamais atteint !

Les critiques du fond


Les parties précédentes de cet article s'intéressaient à des critiques générales de la part de Gran sur le mouvement écologiste. Ce qui suit porte sur des critiques plus ponctuelles, afin de mettre en exergue des erreurs et approximations de l'auteur, souvent d'ordre technique et scientifique.

Le changement climatique


Lorsqu'il ne minimise pas les conséquences d'un éventuel changement climatique (cf section précédente), Gran met en doute la science en général, les climatologues en particulier, le GIEC et les modèles statistiques.

Gran, ayant pourtant foi en la science pour nous sauver en cas de réchauffement climatique ou pénurie de pétrole, est très prompt à critiquer son fonctionnement (p. 92) — qui est effectivement critiquable, mais notez que l'auteur a confiance en la science seulement quand ça l'arrange, tout comme une partie des écologistes — et à mettre en doute les motivations des climatologues, qui seraient actuellement en conflit d'intérêt et vivant leur « heure de gloire ». Ils « [clameraient donc] le verre à moitié vide » pour rester sous les projecteurs (p. 95). Sans aucune base factuelle,  Gran s'exerce donc ici ni plus ni moins à un procès d'intention envers les climatologues.

Lors d'un échange avec un scientifique (appelé Rafa) sur le changement climatique, l'auteur s'exerce à douter de la pertinence des modèles numériques pour prédire les évolutions climatiques futures. Il considère qu'« [on demande] à la science de prédire l'avenir, ce qu'elle n'a jamais su faire correctement » (p. 111).

Les prédictions climatiques sont faites avec des modèles numériques, c'est-à-dire des simulations, qui essaient de prendre en compte les phénomènes qui influent sur le climat. Cela va des variations des rayonnements solaires à la circulation des courants marins, la localisation des forêts, du relief, les flux de carbones et autres gaz à effets de serre, etc.  Il est important de noter que ces modèles s'intéressent au tendances générales, et donnent typiquement une moyenne des températures sur deux ou trois décennies. Si un modèle arrive à bien reproduire le passé, on peut imaginer qu'il nous donnera des informations intéressantes sur l'avenir. Il est à noter qu'à ce jour, aucun modèle n'a réussi à expliquer les évolutions récentes des températures sans prendre en compte les émissions anthropiques de CO2.

Comme le mentionne Gran, les résultats des modèles s'expriment en termes probabilistes, ce qui amène l'auteur à critiquer la pertinence des probabilités pour décrire le monde réel : « elles ne sont pas adaptées pour mesurer le vivant, le changeant, l'instable » (p. 118). Au contraire ! Les probabilités sont un excellent outil pour décrire le réel, puisque justement, elles prennent en compte l'incertitude. C'est  justement pour cette raison que les sciences expérimentales expriment leur résultats en termes probabilistes, que l'efficacité d'un médicament se mesure en termes probabilistes, et que les compagnies d'assurances utilisent les statistiques pour évaluer les risques et ainsi fixer le prix de leurs polices d'assurance. La notion même de risque se définit en termes probabilistes, que le risque soit celui d'un accident de voiture, d'un crash d'avion, d'une inondation ou d'un changement climatique. Ceci est justement pour prendre en compte le changeant et l'instable. Naturellement, si le modèle initial est faux, il est faux, et les probabilités sont à jeter à la poubelle. C'est effectivement ce qui arrive dans l'exemple que nous donne Gran pour discréditer les probas :
Deux mathématiciens sont dans un café. Le premier dit : je parie 100 dollars que sur les 50 prochaines personnes qui passeront devant nous, il n'y aura pas une seule femme. Le second accepte en se frottant les mains : la probabilité qu'il n'y ait aucune femme sur 50 individus croisés aléatoirement dans la rue est de 2-50 soit une chance sur un million de milliards.
Il perd. Un régiment se rendant sur la place centrale pour participer à un défilé passe devant le café.
Ici, le modèle utilisé par le mathématicien qui est que le sexe des personnes passant devant le café est indépendant de celui de la personne qui précède, et que la probabilité pour que ce soit une femme est 0.5, n'est tout simplement pas adapté à la situation, à cause de la présence de ce défilé militaire. L'autre mathématicien a probablement lancé le pari parce qu'il savait qu'il y aurait un défilé militaire dans quelques minutes, et peut-être a-t-il entendu des gens approcher le café en marchant au pas, auquel cas il a pu adapter son modèle statistique mental, faisant grimper la probabilité proche de 1. Le problème n'est donc pas les probabilités en tant que telles, mais le fait ou non de disposer suffisamment d'informations sur le réel pour que les probabilités aient du sens : le problème est la pertinence du modèle. Dans le cas du réchauffement climatique, tester les modèle sur les événements passés permettent de nous assurer de cette pertinence.

Il est à noter que les activités humaines étant le principal moteur du changement climatique depuis les 50 dernières années, une grosse partie de l'incertitude porte sur les choix politiques futurs. C'est pour cela que les modèles incorporent souvent différents scénarios, qui correspondent à différentes quantités de CO2 émis. Naturellement, si une nouvelle technologie permettant de pomper le CO2 de l'atmosphère afin qu'il retrouve son niveau préindustriel émerge et est effectivement déployée (on peut toujours rêver !), les prédictions du scénario "laisser-faire" (business as usual) seront naturellement incorrects.

L'usage du ridicule et de la mauvaise foi


Alors qu'il reproche à l'écologie d'empêcher de penser, Gran invite ses lecteurs à le suivre en tournant en dérision certains problèmes et solutions au lieu d'y réfléchir sérieusement et sereinement.

Quand vous parlez, vous rejetez du CO2 non ?


Avant de passer à un autre sujet, j'aimerais rester sur le changement climatique et les émissions de CO2, non pas parce que ce sujet me passionne particulièrement, mais plutôt parce qu'il a l'air de passionner Gran. L'auteur nous décrit cette publicité amusante de Volkswagen, p. 50 :


Cette publicité lui plaît tellement qu'il accroche un poster montrant le gourou avec la phrase clé « Mais quand vous parlez, vous rejetez du CO2, non ? » (p. 52) en bas de la cage d'escalier de son immeuble du 14e. D'après Gran, cette publicité a été censurée par l'Autorité de régulation de la publicité. J'aimerais simplement m'attarder sur cette phrase : « quand vous parlez, vous rejetez du CO2 ». La réponse est oui, bien sûr, mais : ce CO2 fait partie du cycle court, naturel, du carbone. Le carbone que l'on rejette en respirant de notre nourriture, qui vient lui-même, en remontant la chaîne alimentaire, de végétaux. D'où vient le carbone des végétaux ? Du CO2 de l'atmosphère. En tant qu'animaux, notre fonctionnement cellulaire est donc neutre en carbone, parce que le carbone que nous rejetons vient d'être pris dans l'atmosphère. C'est aussi le cas lorsque nous faisons un feu de bois : l'énergie issue de la biomasse est donc aussi neutre en carbone. Par contre, lorsque nous brûlons du charbon, du pétrole, ou du gaz naturel, nous rejetons du carbone qui a été stocké pendant des millions d'années sous terre dans l'atmosphère. L'excès de carbone mettra autant de temps à être capté par le sol et stocké sous terre, et en attendant, les températures augmenteront et les océans s'acidifieront.

Le méthane et les flatulences des termites

C'est en leur faisant porter leurs pets sur leur dos
que l'on mesure les émissions de méthane
de nos ruminants. Ceux-ci génèrent un quart des
émissions anthropogéniques et 17% des
émissions totales.

Gran s'amuse à tourner au ridicule la question des émissions de méthane, en parlant des flatulences, composées en partie par ce gaz à effet de serre plus puissant que le CO2  (p. 76). Sa note de bas de page ferait sourire si elle ne désinformait pas totalement le lecteur par la technique d'omission. L'auteur aime bien nous parler de ses réflexions (pseudo-)scientifiques, appuyées parfois par la lecture de Newsweek (p. 37), parfois par rien du tout (p. 74, note 1), ou ici, en l'occurrence, par une visite du Science Museum de Londres. Je n'ai rien contre ce musée, qui est d'ailleurs très bien fait (j'ai particulièrement apprécié la section sur l'histoire de l'informatique), mais de part la nature de ses sources, une grosse partie des  réflexions de Gran est plus proche de la discussion de comptoir de café qu'autre chose. Le problème c'est que l'auteur est suffisamment éduqué pour paraître crédible à un public non averti... Mais revenons à nos moutons, ou plutôt nos termites. Effectivement, cet insecte est un contributeur de méthane atmosphérique, et effectivement il produit autant de méthane que ce que nous produisons en brûlant des hydrocarbures. Mais ce que Gran ne dit pas, c'est que les termites, tout comme la combustion des hydrocarbures, émettent moins de 4% des émissions totales de méthane chacun. Effectivement, brûler du pétrole émet surtout du CO2 et de l'eau, mais que peu de méthane. Gran s'amuse aussi à discuter de la contribution du chameau et du zèbre, qui sont les autres animaux les plus péteurs. Or la contribution des animaux sauvages (hors termites) est évaluée à moins de 1%. La somme des activités humaines, elle, correspond à environ 66% des émissions totales. Si « la nature s'auto-pollue elle-même à un degré inimaginable », comme dit Gran à tort, l'homme pollue donc la nature à un degré doublement inimaginable. Le tableau ci-dessous liste les différentes contributions des flux de méthane.
Contributions des sources et puits de méthane atmosphérique
Les activités humaines comptent pour 66% du méthane émis, dont un quart est dû à l'extraction de matière fossile (gaz, pétrole, charbon) et un quart à notre stock de bovins. Les zones humides, quant à elles, sont le premier émetteur de méthane, avec un quart des émissions totales.Données tirées de Houwelling et al. 1999 "Inverse Modelling of Methane Sources and Sinks Using the Adjoint of a Global Transport Model" et complété par les données de cette page issue du rapport du GIEC 2001, WG1, section 4.2.1.1.

De plus, en utilisant la notion de pet elle-même ridiculisée par le transit des termites, Gran tourne en dérision le végétarianisme. Effectivement, nos ruminants contribuent aux émissions de méthane à hauteur de plus de 15%. Cependant, ce n'est pas le seul impact de notre appétit de viande rouge et produits laitiers. Par exemple, afin de produire 1 kg de beurre, il faut consommer plus de 5000 l d'eau, et pour la même quantité de viande bovine, plus de 15000 l ! (voir cet article sur le site waterfootprint.org.) La consommation, et donc la production de viande bovine et produits laitiers ont donc un impact écologique non négligeable. Avec l'accroissement de la population et de la demande par personne, la contribution des bovins est aussi croissante, alors que celle des termites et du zèbre diminue.

Malthusianisme et extrémisme vert


Cela m'amène à une autre sujet touché du doigt par Gran : le contrôle de la population. Il semblerait que pour l'auteur, l'idée même de penser qu'il y a trop d'humains sur la planète est le summum de l'extrémisme écologique. Commençons d'abord par mettre en évidence au mieux le manque de rigueur, au pire la malhonnêteté intellectuelle de l'auteur, p. 75, note 1 :
« Impossible de ne pas citer ici d'autres intégristes du malthusianisme vert. R.F. Nash : « Dans certaines situations, il est plus grave de tuer une plante sauvage que de tuer un homme » (dans The Rights of Nature, 1989.) William Aiken : « Une mortalité humaine massive serait une bonne chose. » Un homme sympa, écologiquement responsable, est un homme mort. Le suicide, ce petit geste pour la planète ! On imagine les programmes ambitieux que pourraient conduire ces rêveurs si on leur donnait l'occasion d'exprimer leurs talents. »
Notons tout d'abord que ces citations sont totalement sorties de leur contexte. Prises tel que, ces affirmations sont bien évidemment choquantes. Je ne sais pas qui est William Aiken. La référence  (délibérément ?) incomplète ne m'a pas permis de creuser. Par contre, j'ai pu retrouver la citation de Nash, dont la référence exacte est : Paul W. Taylor, cité dans R.F. Nash (1989) "The Rights of Nature : A History of Environmental Ethics", University of Wisconsin Press, p. 155. Iegor fait donc passer le pauvre P.W. Nash pour un psychopathe, alors qu'il ne faisait, dans cette section, que donner des exemples de penseurs, dont ici P.W. Taylor appartenant au courant d'éthique environnementale biocentrée. Notons que Nash considère certaines affirmations de Taylor « choquantes ». Mais que dit donc ce psychopathe nommé Taylor ? (Nash y consacre une page entière, je ne vais que le paraphraser ici.) Il dit que tout être vivant, humain ou non humain, a la même valeur intrinsèque, et donc le même mérite moral. Ainsi, tuer un homme n'est pas un acte plus mal qu'écraser un insecte ou déraciner une plante. Il note cependant qu'il y a des cas pour lesquels il peut y avoir une bonne raison morale pour écraser un insecte, couper des fleurs ou tuer un homme. Ainsi, il est pire, d'un point de vue moral, de déraciner une plante gratuitement que de tuer un homme pour légitime défense. Voilà. On peut ne pas être d'accord avec ce que dit Taylor, mais il faut admettre qu'il y a une logique derrière son raisonnement, et que, en rajoutant les nuances que Gran a "omises", on peut considérer que c'est une position tenable. Gran nous dit aussi, en parlant notamment de Nash (en fait de Taylor) : « On imagine les programmes ambitieux que pourraient conduire ces rêveurs si on leur donnait l'occasion d'exprimer leurs talents. » Si Iegor avait été un peu plus loin (pas beaucoup plus loin, juste un paragraphe) dans The Rights of Nature, il aurait vu que Nash donne un résumé des implications concrètes de la pensée de Taylor, que le philosophe expose dans son livre Respect for Nature: a theory of environmental ethics, 1986 (Princeton, N.J.), p 270, 288. Je n'ai pas lu le livre, mais je vais vous traduire un passage de ce qu'en dit Nash :
« Les humains ont la responsabilité de déterminer leurs besoin "basiques" et "non basiques", ainsi que ceux des autres êtres vivants. En tant qu'êtres vivants eux-mêmes, les humains ont les droits biotiques de manger, de créer un refuge, ainsi que de réaliser leurs potentiels particuliers comme par exemple les arts, la médecine et la technologie. Mais le respect pour la nature veut dire accorder à tous les êtres vivants la même opportunité pour qu'ils réalisent leurs différents potentiels. Etant le seul agent moral de la biosphère ainsi que le plus puissant, les humains sont éthiquement obligés de restreindre leur impact environnemental. Ce qui veut dire "trouver des modes de vie qui minimisent la destruction des habitats", en particulier lorsque des espèces menacées sont en jeu. Les êtres humains doivent donc "placer et construire leurs bâtiments, autoroutes, aéroports et ports en considérant le bien-être des autres espèces". Ils devraient aussi "contrôler leur croissance démographique, changer leurs habitudes de consommation et contrôler leur technologie". L'idéal, pour Taylor [...] est une communauté de vie étendue dont les membres s'affectent nécessairement entre eux, mais qui sont restreints par la force de l'éthique. »
Voilà donc le monde horrible vers lequel Taylor pourrait nous conduire si on lui donnait l'occasion. On est loin du suicide général forcé imaginé par Gran... Avant de revenir au problème de la population qui nous intéressait au début, j'aimerais pointer le fait que ce que dit Taylor répond directement à la note de bas de page de Gran p. 138 :
« [...] pourquoi devrais-je, moi, prendre des gants avec la Nature, être plus royaliste que l'ours polaire, le plus grand des carnivores, si je suis, moi aussi, à mon modeste niveau, un animal qui bouffe et se reproduit ?... [...] J'aimerais bien que l'espèce Homo Sapiens bénéficie de la même tolérance. Et que les abonnés de National Geographic respectent notre culture au moins autant qu'ils admirent le cou de la girafe, la corne du rhinocéros et l'appareil reproducteur de la libellule. »
Pourquoi ? Hé bien parce que l'ours polaire a un impact beaucoup moins élevé que l'homme sur les écosystèmes, aussi bien par individu que collectivement. De plus, l'ours polaire n'est pas un être moral, ce qui n'est pas le cas de l'homme. On pourrait résumer cette réponse en citant Oncle Ben dans Spider-Man (mais aussi Voltaire, d'après Google, mais je ne suis pas allé vérifier) "Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités".

La sagesse de l'Uncle Tom résume bien pourquoi Gran ne peut pas 
bouffer des espèces en voie de disparition comme l'ours polaire : 
With great power comes great responsibility.

Mais revenons à l'idée du contrôle de la population, qui fait tant horreur à Gran. Je vais ici commenter ce que dit l'auteur à 7:40 dans cet entretien dont j'ai déjà parlé :
« [...] moi j'ai toujours pensé que chaque être humain, avant d'être une menace, est une richesse pour la civilisation. Bien entendu, il faut le nourrir, mais, à la limite, si on est autant sur cette terre, c'est que cette terre supporte que l'on soit autant, puisqu'on est un animal comme un autre. Donc si on n'a plus de ressources pour s'alimenter, logiquement on réduit notre présence, comme c'est le cas des sardines ou de tout un tas d'autres animaux. »
Le lemming norvégien, en plus d'être
très mignon, exhibe des cycles
de populations déterminés en grande
partie par la disponibilité de sa nourriture.
Bien. Au moins, avec son histoire de sardines, Gran est conscient que la population doit se réduire si elle en demande trop à son environnement. C'est déjà ça. En prenant l'hypothèse (pour le moins non irréaliste) que les ressources à notre disposition ne sont pas infinies, on peut considérer que la population humaine ne peut pas croître indéfiniment, et qu'il y a une certaine limite au-delà de laquelle on ne peut aller. Bien. La question que devrait se poser Gran est la suivante : comment font ses sardines, ou plutôt les lemmings pour moduler leur population ? S'ils voient que leurs ressources s'amenuisent, vont-ils se retenir de faire des bébés lemmings ? Non, pas de planification familiale chez les lemmings, mais tout simplement un crash démographique une fois la surpopulation atteinte. (Voir par exemple cet article de Nature.) Les plus faibles meurent, par manque de nourriture. Les contraintes environnementales imposent les réductions démographiques, et ce n'est pas joli à voir. Chez les humains, ça se manifeste par des famines, des maladies, des émigrations et des guerres. Gran prône donc de faire comme les sardines ou les lemmings et de se laisser contraindre par notre environnement, et donc de crever comme des chiens quand il n'y aura plus assez à manger. Moi, je dis plutôt, en tant qu'extrémiste malthusien : essayons plutôt de contrôler notre croissance démographique en limitant les naissances maintenant pour prévenir un éventuel crash démographique futur qui, s'il arrive un jour, ne sera pas joli du tout à voir. Mais, nous dit Gran « si on est autant sur cette terre, c'est que cette terre supporte que l'on soit autant. » L'auteur n'a apparemment rien compris à la notion même de durabilité (ce qui explique peut-être pourquoi il a écrit ce livre !). Si l'on revient à nos lemmings, le maximum démographique atteint avant le crash est ce qu'on peut appeler l'overshoot. C'est-à-dire que la population grandit en utilisant les ressources disponibles, mais au  détriment du renouvellement de ces mêmes ressources. Cela veut dire que dans la phase d'overshoot, on utilise le stock disponible, mais non-renouvellable, jusqu'à épuisement, ce qui entraîne un crash démographique. Ainsi, l'argument donné par Gran n'en est pas un, car il n'est pas impossible que nous soyons déjà dans une phase d'overshoot. C'est d'ailleurs la conclusion de A comparison of The Limits to Growth with 30 years of reality (par Graham M. Turner et publié en 2008 dans Global Environmental Change 18, pp. 397– 411). Cet article confronte les différents scénarios d'un modèle numérique de l'économie mondiale qui avait été publié dans les années 70 dans le livre The Limits to Growth en les confrontant avec les données réelles des 30 dernières années. La conclusion de Turner est que parmi les trois scénarios, nous sommes plus près du scénario standard, ou business as usual, qui prédit que nous sommes actuellement en phase d'overshoot, et atteindrons le maximum de notre population mondiale avant le milieu du siècle, aux alentours de 2030.

Les courbes rouge et verte montrent le phénomène d'overshoot
avant l'effondrement. 

Pour les thèmes sélectionnés ci-dessus, nous avons donc vu que beaucoup d'affirmations de Gran ne peuvent être considérées sérieusement. Il argumente avec mauvaise foi, usant de la méthode de l'épouvantail en sortant des citations de leur contexte, rapporte des données incomplètes, et montre lui-même qu'il n'a rien compris à la notion même de durabilité.

L'avœu de faiblesse des arguments


Le personnage du livre, à la fin, abandonne le combat, et pense à « peler [ses] oignons », « changer de sujet » et « écrire d'autres livres » (p. 157). D'une manière assez intéressante, il se rend compte, du moins concernant le climato-scepticisme, que les arguments sont faibles : « [...] je prends soudain conscience de la fragilité des sceptiques, de leur manque de cohérence et, souvent, de pertinence. » (p. 109). Il avoue lui-même de « la faiblesse de certains arguments » (p. 106) défendus par Claude Allègre, le climato-sceptique le plus connu et médiatique de France. Gran veut donc « [s']affranchir de la bêtise de son propre camp » (p. 110). Cependant, nous l'avons vu, il se focalise surtout sur les conséquences des acteurs de l'écologie avec leurs côtés ridicules, opportunistes et paradoxaux. Il n'hésite pas non plus à user de pratiques d'argumentation peu honnêtes et parsème ses arguments d'erreurs et de raccourcis. Je ne suis donc pas sûr qu'il ait réussi ce défit.

Les paradoxes du mouvement écologiste m'irritent aussi beaucoup. Probablement pas autant que Gran, puisque je considère que les fondements sur lesquels les idées écologiques reposent son corrects. Ma posture est confirmée par les nombreuses données et recherches scientifiques sur les sujets environnementaux. Lorsque Gran aura compris cela, il pourra s'efforcer à résoudre les paradoxes des écologistes et réduire les opportunismes au lieu de s'acharner sur son voisin et la bibliothécaire de du Centre Pompidou.

Saturday, 7 April 2012

Pesticides, bee collapse, and agrochemical companies

Honey bee - Image by Maciek Mono
Three independent studies found evidence suggesting that neonicotinoids, a new kind of pesticides widely used in Europe and the USA, are involved in the recent decline of bees. Agrochemical companies state that the studies were carried out under unrealistic conditions. The search for bee decline is obviously a scientific controversy with a lot of money and interests at stake...

There has been a large decline of bee colonies over the past decade, with a more drastic "collapse" over the past few years, causing great concern. The term Colony Collapse Disorder (CCD) was coined to describe this phenomenon, without knowing what was the cause of it. The consensus was that a certain number of factors may be at play, such as cell phones, disease, parasites, the decline in the number of beekeepers, urbanisation, a decrease in flower variety, the increasing use of pesticides...

The reason for such a concern is that bees are an important part of our economy, as a large part of our alimentation (fruits, vegetables, nuts...) relies on insect pollination, mainly honeybees and bumblebees.

Three independent studies (two recently published in Science, one just announced) add evidence that a class of new pesticides called neonicotinoids, which attack the nervous system of insects, may be an important contributing factor of CCD. These pesticides are not sprayed on the crops: they are coated around the seeds of the crop, so the chemical is present inside all organs of the plant, including the pollen and the nectar.

The first study, conducted by a British team, tested the effects of imidacloprid on bumblebees. Their main finding was that the size of the colonies and (importantly) the number of new queens for those fed with the pesticide was significantly smaller.

The second study, conducted by a French team, tested another compound of the same family, called thiamethoxam (TMX), on the honey bee. They placed microchips on the back of a sample of bees, in order to track which worker bees were coming back. They found a higher homing failure rate for bees from the colonies fed with thiamethoxam. They plugged these results in a model of beehive and found that the probability of collapse in an infected colony was higher.

Finally, the third study, conducted in the USA and to be published in June, fed honey bees with imidacloprid for several weeks, and found that, after 23 weeks, 94 % of the bees died in 15 out of the 16 hives.

Together, these three studies provide strong evidence that neonicotinoid pesticides are a major contributor of the recent observed decline in bee population in developed countries. What I find pretty appalling is that we find this out only after years of massive and widespread use of these compounds.

These pesticides, introduced in the 1990s, have been suspected of contributing to CCD for a while. Beekeepers associations in France have been pointing them out for years, but there was no strong scientific evidence for any direct link with CCD.

Some countries banned the use of neonicotinoids, such as Germany, Italy, Slovenia and Austria. Others, such as France, restricted their use. But in many countries, such as the USA and the UK, neonicotinoids are perfectly allowed and widely used. Given the fact that little or at least insufficient research has been carried out to evaluate their environmental impact, and more particularly their impact on pollinators (Stokstad points out the lack of realistic field tests), the decision of allowing their use has to rely on a small amount of tests carried out by government agencies, and on social considerations (e.g. which lobby group is stronger, or how the general public feels about pesticides, etc.).

Of course, agrochemical companies claim that they haven't found any evidence of harmful effects of their products on bees (see e.g. a nicely done Syngenta propaganda leaflet here). However, they strongly encourage farmers to follow good practices, for example to avoid dispersion of the chemicals in the atmosphere. So it looks clear to me that they know the potential harm that these compounds can have on pollinators (see e.g. Syngenta leaflet p. 20).

Still, Syngenta seems to have focused most its efforts and money on the idea that bee decline is somewhat linked to a lack of variety of flowers, and has lauched a 5-year 1M€ programme called Operation Pollinator, providing guidance to farmers, providing them seed mixtures. This would putatively make bees less prone to contracting disease.

Maybe more worrying, in 2009, Syngenta co-financed university research into the decline of bees. They had been heavily criticised for this, given the obvious and huge conflict of interests involved. Indeed, the description of the research project shows little link with pesticides...

I can't tell how much of all this is to divert the attention from pesticides, how much of Operation Pollinator is scientifically founded, and how much of it is a PR communication. What is clear however is that all this didn't help to test the most obvious candidates for the recent bee collapse: insecticides.

Bumble bee - Image by Sffubs
Naturally, representatives of the agrochemical companies were critical of the studies. A recurrent criticism is that bees were fed with unrealistic doses of the chemical, up to 30 times higher than concentration in the wild. However, scientists maintain that their doses are realistic. The British researchers state in the paper that the concentration used reflect concentrations found in seed-treated rape, while the US study was designed to mimic beekeepers' practices. The agrochemical companies state that their own studies did not show any danger for pollinating insects, but these were not published.

It is worth pointing out that the new studies show non-lethal effects of pesticide exposure (less queens, smaller colony, reduced navigation skills) that are likely to weaken the bees, while most past research had focused on direct lethal effects of the chemicals following exposure. The bees are exposed all throughout the year at various doses, including sub-lethal doses that were used in the experiment. That might be the reason why past research failed to find evidence of harmful effect of neonicotinoids on bees.

Apart from direct contact with pollen, there are many ways through which bees can get contaminated. For instance, it is known that the dust created by the vacuum-pneumatic drilling planting machines is harmful to bees. An Italian study recently published (see reference below), found that even with a deflector (a system that pushed the dust downwards), many bees were exposed to the chemical and died, while high level of pesticide concentration was found in the bodies.
The american study focused on the food provided by beekeepers, that may be contaminated by the pesticide. Bees can also be contaminated through saps that form on plants, and that can contain high concentration of the chemicals (see this excellent article on Wired).

It is also possible that not all users follow the exact guidelines provided by the companies. It would be easy to imagine that government agencies and agrochemical companies carry their tests following the exact guidelines of usage. However, this Wired article points out that the use of neonicotinoids in gardens and backyards of homeowners can be much higher (~40 times) than anything allowable in agriculture.

It is obviously a complex issue, with a lot of money at stake, and many interests. In this kind of matter, it is difficult to get access to proper information, as even scientific research can be biased. It is very plausible that these pesticides are only part of the cause for CCD. What seems clear to me however is that there has been a lack of public and independent research carried out before commercialisation, and a lack of real-time monitoring. It seems also clear to me that agrochemical firms tried to divert the attention from their products by financing research looking for alternative causes to CCD. The authorisation  procedures, including the nature of tests carried out to test new products probably have to be revised.

If you're looking for more info on these chemicals, you may want to look for their brand names:

The main producer of imidacloprid is Bayer CropScience, under the brand name Gaucho®. Thiamethoxam (TMX) is still under patent. It was developed and is produced by Syngenta under the name Cruiser®. Other very common systemic pesticides using different active ingredients are Poncho® (active ingredient: clothianidin, another neonicotinoid, by Bayer), and Regent® (active ingredient: fipronil, by BASF).


Sources:

And the three new studies (plus the Italian study on the dust created by drilling):